Dans le but de donner un nouveau visage à la bordure de rue, Fabrique des Mobilités Québec partage l’avancement du Challenge voie de rive qui s’approche à sa troisième étape.

Après avoir complété les deux premières étapes du Challenge bordure de rue,la Fabrique des Mobilités Québec, un centre d’excellence en innovation ouverte pour la mobilité, partage les idées clés qui serviront de leviers d’expérimentation pour répondre à la question du partage équitable de la voie de rive (liée aux nouveaux usages). Ces expérimentations ont vocation à être menées à Montréal mais également en Europe et ailleurs en Amérique du Nord.

Principalement utilisée pour le stationnement des voitures, la bordure de rue peut être mieux partagée entre les différents usagers de l’espace urbain. Dans ce sens, après avoir cartographié les enjeux liés aux nouveaux usages de la voie de rive en octobre, nous avons accompagné fin novembre les acteurs (villes, entreprises, OBNL, agences) dans le prototypage rapide de solutions pour un partage équitable de la bordure de rue.

 

En partenariat avec Montréal en Commun, le Movin’On LAB Canada, et avec la contribution de divers acteurs du milieu de la mobilité montréalaise, nous présentons ici les catégories de solutions possibles et les idées d’expérimentation retenues pour chacune d’elles :

Clarifier et rendre visibles les droits d’usage

Idée retenue : Si on crée un calendrier des droits d’usage sur des zones de bordure de rue (ex: marché, livraison, stationnement, etc.), nous pensons que cela augmentera la fiabilité de l’information sur ces droits, de la réservation et de la capacité de contrôle de ces droits

Autres idées en attente sur cette question :

  • Définition de profils prioritaires
  • Signalisation au sol ou digitalisation de toute la réglementation
  • Tracés matérialisés pour certains flux ou types d’utilisation
  • Tarification des usages temporaires (ex: livraison vélo cargo, camion, etc.)
  • Hiérarchisation des artères

 

Rendre acceptable le changement

Idée retenue : Si on collecte des données sur les flux dans une zone délimitée et pour l’ensemble de l’espace public de la zone, nous devrions être en mesure de mieux caractériser les usages actuels de la bordure de rue. Le stationnement est-il réellement la source principale d’accès aux commerces ou à la bordure de rue? Si l’on démontre que le stationnement n’est pas majeur cela aidera la conversation pour un partage plus équitable.

Autres idées en attente sur cette question :

  • Test de l’appétence pour le changement via les médias sociaux (ex: faire un sondage sur les souhaits versus l’utilisation actuelle)
  • Elaboration d’un outil de visualisation des types de répartition des places pour un quartier
  • Panneaux qui affichent l’usage en temps réel de la bordure de rue dans la ville
  • Aucune place gratuite pour auto-solo
  • Limiter la vitesse devant les terrasses sur bordure de rue

Planification de l’usage selon les besoins réels et projetés

Idée retenue : Si on souhaite implanter un usage futur différent de l’utilisation actuelle d’un espace, comment doit-on équilibrer données d’usage actuelles/historiques et projections de la vision afin d’obtenir une bordure de rue plus équitable entre les divers usages et usagers?

Autres idées en attente sur cette question :

  • Ne pas renouveler les espaces alloués à l’auto-solo après un arrêt de vignette
  • Attention particulière sur les noeuds ou pôles de mobilité (lieux identifiés ou se retrouve plusieurs mode de transport (exemple : une station de métro, avec un stationnement bixi et arrêt taxi ou une gare avec du stationnement incitatif, un arrêt de bus et une station autopartage, etc.)

Gouvernance

Idée retenue : Si on enlève les contraintes réglementaires sur la bordure de rue, on va permettre aux potentiels autres milieux preneurs (citoyens de la ruelle, des utilisateurs du covoiturage, de la logistique du dernier km, etc.) de se réapproprier l’espace.

Autres idées en attente sur cette question :

  • Mise en place de pelles publiques (équipement partagé de déneigement)
  • Sectoriser l’évolution des droits à l’échelle de la ruelle ou du quartier (ex: contrat citoyen par quartier) ou possibilités de tarification ajustée (modulable, sociale…)
  • Végétaliser les espaces et installer des animaux

Rendez-vous make-à-thon le 27 janvier

Pour conceptualiser ces idées en expérimentations, nous préparons un make-a-thon pour le jeudi 27 janvier 2022 entre 9h et 11h (Montréal). Cette session de travail sera dédiée à matérialiser les solutions (passer de l’idée au prototype) que nous avons retenues grâce à la participation de différents acteurs de l’écosystème de la mobilité, pour être le point de départ d’une expérimentation sur le terrain. pour passer de l’idée au prototype

Désormais, nous invitons tout acteur intéressé ou développant déjà des solutions dans ce domaine à nous contacter par courriel. Pour ceux qui connaissent des personnes ayant ce profil, n’hésitez pas à nous les référer en partageant cet article.

Restez à l’affût!

Share This